Quésacode ?

Une des spécificités française est de « produire » des lois et des règlements a une vitesse stupéfiante. Et comme si cela ne suffisait pas, ces préceptes, pourtant à destination du grand public, sont rédigés dans un vocabulaire totalement hermétique au commun des mortels.

Le code de la route en est une parfaite illustration. Contrairement au code des marchés publics, ou même au code du travail, utilisés essentiellement par des professionnels (et encore… ), les règles édictées par ce code sont sensées être faites pour tout le monde.

Or les gens à qui c’est destiné ne peuvent même pas en comprendre le sens. Le code de la route britannique, ou québécois si l’on veut rester dans la francophonie, sont de la littérature d’école primaire comparés à nos textes qui ont pourtant été totalement dépoussiérés ou même réécrits en l’an 2000 !

Par un curieux effet d’osmose, les fournisseurs de supports pédagogiques spécialisés, qui écrivent et éditent le fameux « livre de code » que tout le monde a eu un jour entre les mains, ont eux aussi du mal à se défaire du jargon « juridico-technocratique », malgré leur mission de vulgarisation.

Quésacode ? est donc un lexique, qui traduit en français, le « patois » du législateur.

Haut de page