Si vous n’avez jamais ouvert un livre de code, il y a fort à parier que vous n’avez jamais entendu parler de ligne de dissuasion… et pourtant vous savez ce que c’est.

On l’appelle le plus souvent la « ligne à pointillés serrés ».

 

Là, vous vous dites tout de suite « ah oui ! Je la connais ! »…. Parfait…

 

Mais à quoi peut-elle bien servir et pourquoi cette différence d’intervalles ?

Est-il normal que presque personne n’en tienne compte ?…Que les conducteurs la prennent simplement pour une ligne pointillée sans signification particulière ?

 

Maintenant, vous avez un doute…

Alors,… voyons un peu de quoi il retourne !

 

 

La description de ce marquage au sol

 

 

La ligne de dissuasion fait partie de la signalisation dite horizontale, c’est-à-dire le marquage au sol.

C’est effectivement une ligne discontinue, à pointillés rapprochés. Pour être précis, les traits font 3 mètres et les intervalles 1,33 m.

On l’identifie donc très facilement puisque, pour mémoire, dans la ligne discontinue « classique » les traits font aussi 3 mètres, mais les intervalles font 10 mètres.

 

Si son identification est aisée, sa signification, dans l’esprit des conducteurs, est beaucoup plus…floue, voire même carrément inconnue !

C’est aussi en partie parce que le Code de la Route (je parle ici des textes officiels, pas de l’interprétation qui en est faite dans les petits livres d’apprentissage que vous avez) n’en fait mention nulle part !

La ligne de dissuasion apparaît, en fait, dans une « Instruction interministérielle sur la signalisation routière », dans la septième partie intitulée « Marques sur la chaussée ».

Pourquoi est-ce je vous dis cela ?

Parce que vous allez entendre probablement différentes versions. Autant mettre les choses au clair tout de suite : les définitions que vous allez apprendre sont fausses, ou plus exactement abusives. Dans les faits, on vous présente un comportement souhaitable comme s’il était obligatoire. Or on ne peut pas être verbalisé pour un franchissement de la ligne de dissuasion… mais pour un dépassement dangereux, oui…Vous saisissez la nuance ?

Néanmoins c’est la « ligne dure » que vous devez retenir pour passer l’ETG.

 

 

Les significations de ce marquage au sol

 

 

Il y a deux situations bien distinctes à considérer. La route à double sens de circulation, et l’autoroute.

 

  • Sur une chaussée à double sens de circulation :

en règle générale on va trouver la ligne de dissuasion sur des routes sinueuses en rase campagne. Elle remplace une ligne continue et donc interdit le dépassement, sauf celui des véhicules « roulant lentement ».Attention, je n’ai pas dit : les véhicules lents . Tout  véhicule est en effet susceptible, pour une raison quelconque, de rouler lentement.

Pour l’examen, en dehors des véhicules lents où c’est évident, la vitesse du véhicule qui vous précède sera donc spécifiée dans la question et la limite pour un véhicule roulant lentement est « fixée » à environ 60 km/h (n’oubliez pas que vous êtes le conducteur d’une voiture arrivant à 90 km/h).

 

  • Sur une autoroute :

on va la retrouver à l’approche des sorties (ou voies d’accès aux aires de repos et de service). Son rôle est alors de dissuader, dès son commencement, le conducteur circulant sur les voies de gauche (et donc, en train de dépasser), de se rabattre pour prendre la sortie.

Là encore, c’est la manœuvre par elle-même qui est bien-sûr formellement interdite, et la ligne n’est donc là que pour « aider » les conducteurs à « situer » le début de cette l’interdiction.

En revanche, elle n’interdit pas le dépassement, et, bien qu’aucune précision ne soit donnée, n’empêche pas non plus de se rabattre après un dépassement, si on n’emprunte pas la sortie.

 

A savoir également que la règle est la même dans le cas d’une ligne mixte, c’est-à-dire quand la ligne de dissuasion est accolée à une ligne continue (et que la ligne discontinue est celle qui est du côté de votre véhicule, évidemment).

 

Enfin, pour être tout à fait complet, si l’on insère des flèches de rabattement à l’intérieur d’une ligne de dissuasion celle-ci change de nom pour devenir une ligne d’avertissement de la ligne continue.

Pour faire simple, si la pointe des flèches est vers vous, les règles citées plus haut s’appliquent, sinon la proximité de la ligne continue interdit là aussi le dépassement, sauf d’un véhicule roulant lentement (et dans tous les cas, le dépassement devra être terminé avant la ligne continue). Nous reviendrons d’ailleurs sur ces problèmes de dépassements dans un autre article.

 

 

Des questions…encore des zones d’ombre ? Postez vos commentaires.

 

 

 

 

Crédit photo: jeanbaptistem