Les lignes au sol servent de repère pour le conducteur, mais elles ont  aussi une signification concernant ce qu’il peut, ou ne peut pas, faire. Il est primordial pour vous de savoir identifier les différentes lignes, particulièrement les lignes discontinues ou « pointillées ». On parle de lignes longitudinales pour les lignes tracées dans le sens des voies, par opppsition aux lignes transversales comme la ligne du Stop par exemple. On dit aussi d’une ligne qu’elle est « axiale » quand elle sépare les deux sens de circulation. On entend parfois dire « ligne médiane ».
Toutes ces lignes ne sont pas définies par le code de la route, mais dans la « circulaire interministérielle sur la signalisation routière », dans la septième partie intitulée « Marques sur la chaussée ».

 

La ligne continue

 

Commençons par la ligne connue de tout le monde, à savoir la ligne continue, certains disent la ligne blanche (bien qu’elle puisse être jaune dans la cas d’un marquage temporaire).
On l’a tous entendu dire : « la ligne blanche est infranchissable ». Et c’est la vérité… mais comme à l’accoutumée dans le code, il y a des exceptions. Et c’est sur ces exceptions que les avis sont très… divergents! Alors nous allons remettre de l’ordre :
« on ne peut jamais dépasser un véhicule quel qu’il soit, et quelle que soit son allure, dès lors qu’il circule, si l’on doit pour ce faire franchir ou même seulement chevaucher une ligne continue. »
Moi, ça me semble clair pourtant. Visiblement ça l’est beaucoup moins pour tout ceux qui dépassent des tracteurs ou des voiturettes en pensant (se persuadant?) qu’ils ne commettent pas d’infraction.

Les exceptions sont en réalité des zones « grises » du code de la route, c’est-à-dire qu’il ne dit rien explicitement.

Je fais ici une petite parenthèse. J’entend et je lis très souvent des commentaires disant que le code « tolère » ci ou ça. La notion de tolérance est inconnue du droit français. A un instant « T » donné, une chose peut-être interdite par la loi. Si ce n’est pas le cas…. c’est autorisé.

« La Loi n’a le droit de défendre que les actions nuisibles à la Société. Tout ce qui n’est pas défendu par la Loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu’elle n’ordonne pas ». ArticleV de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, fondement de notre constitution, et de notre système juridique. Or, pour ceux qui ne l’avait pas encore bien compris, le code de la route, ce ne sont pas des usages, des coutumes, ou des bonnes manières… c’est du Droit.

Comme nous ne sommes pas ici pour ergoter sur le code, mais pour apprendre ce qui est demandé à l’ETG, fermons la parenthèse.

Ces exceptions (que vous pouvez considérer comme telles pour votre examen, après… ) sont donc au nombre de trois:

  • obstacle fixe sur la chaussée: objet, pierres, branches, véhicule arrêté sur la chaussée (attention, beaucoup de litiges possibles dans ce cas : un bus arrêté à son arrêt va repartir, donc je ne peux pas dépasser… et ce n’est qu’un cas);
  • dépassement ou croisement de piétons, animaux, cavaliers. Attention cela ne concerne pas les cyclistes, si je ne peux pas laisser l’espace minimal réglementaire tout en restant à droite de la ligne, je reste derrière…;
  • chantier mobile (fauchage par exemple): attention il y a une différence entre le tracteur en train de travailler (normalement il a un panneau de travaux sur le toit) et ce même tracteur qui rentre au dépôt (là, il circule ;-)).

La ligne continue est normalement annoncée par une ligne d’avertissement.

 

Les lignes discontinues

 

Voici une illustration des différentes lignes longitudinales discontinues existantes. Je ne mentionne pas les différences de largeur de lignes, car ce n’est pas pertinent dans le cadre de l’ETG.

 

La ligne de rive (T2) : traits de 3m / intervalles de 3,50m.

Cette ligne sert à séparer la voie de circulation de l’accotement. Elle sert à se guider mais sa caractéristique intéressante est qu’elle indique toujours (sauf signalisation contraire) que l’on peut stationner sur l’accottement qu’elle délimite, à condition bien sûr que le véhicule ne déborde pas sur la voie de circulation.

La bande d’arrêt d’urgence (T4) : traits de 39m / intervalles de 13m.

C’est aussi en quelque sorte une ligne de rive, mais qui interdit l’arrêt et le stationnement, sauf cas… d’urgence : panne, malaise etc. Attention une « envie pressante » n’est pas considérée comme un cas d’urgence !

La ligne de dissuasion (T3) : traits de 3m / intervalles de 1,33m.

Un article entier est consacré à cette ligne particulière.

La ligne discontinue de délimitation des voies (T1) : traits de 3m / intervalles de 10m.

C’est la ligne pointillée « ordinaire », qui sert à guider et qui autorise le dépassement.

La ligne mixte

 

Il s’agit d’une ligne continue doublée d’une ligne discontinue (qui peut être de type T1 ou T3).
En présence de cette ligne, on se conforme tout simplement à la règle indiquée par la ligne qui est de mon côté :-).

Les modulations

 

C’est sous ce terme que l’on désigne l’alternance entre les traits et les intervalles, et sur l’illustration mais aussi dans les descriptions, vous voyez que c’est la première chose – après le nom de la ligne – que je vous ait indiqué.

Vous avez peut-être pensé en lisant l’article, que ces valeurs n’ont vraiment aucun intérêt. Vous êtes capables de les reconnaître, sans savoir exactement la longueur des traits !!!

C’est tout-à-fait vrai… pour qui détient déjà le permis.

Pour l’examen – et donc pour vous – il est indispensable de le savoir. Non pas que vous allez être interrogés là-dessus, mais indirectement pour effectuer des calculs de distances… que vous pouvez retrouver dans l’évaluation d’une distance de sécurité par exemple

J’ai volontairement laissé de côté les lignes notées T’1 (en agglomération: ligne axiale ou de délimitation de voies ou de piste cyclable), et T’3 (ligne de rive aux approches de certains carrefour et dans les bretelles de raccordement), qui sont ignorées par l’examen.

J’ai aussi écarté, mais pour consacrer un article complet au sujet, la ligne d’avertissement de la ligne continue (avec les flêches de rabattement), dans le thème « Croisement et Dépassement ».

 

Vous avez des questions… Quelque chose n’est pas clair ? Postez vos commentaires…

Crédit photo: olibac