Cette fois ça y est, c’est le jour J, le jour de votre examen du code de la route. Pour certains c’est le tout premier examen « important » et vous avez tous prévenu au lycée ou au travail que vous seriez absent pour cause de « permis » à passer.

Mais revenons un peu en arrière.

Avant l’examen code…

 

Avant même que l’auto-école ne vous confirme la date de l’examen, prenez soin de préparer votre pièce d’identité : carte nationale d’identité ou passeport, ou éventuellement… permis de conduire dans le cas du passage d’une autre catégorie de permis (dans ce cas, vous devez de toute façon, obligatoirement le présenter à l’examinateur).

Attention ! Si vous n’avez aucun de ces documents d’identité, renseignez-vous bien sur ce que vous pouvez présenter à la place. N’improvisez pas ! L’inspecteur des permis de conduire a une liste précise des pièces qu’il peut accepter et il n’a tout simplement pas le pouvoir de vous admettre à l’examen si vous ne présentez pas un document qui figure sur cette liste.

J’ai toujours été sidéré par le nombre de candidats qui « perdent »leur carte d’identité deux jours avant l’examen, ou qui l’oublient le jour même ! Peut-être la théorie des actes manqués…..

 

L’école de conduite vous a donc donné une date, une heure et un lieu d’examen.

Les conseils qui suivent vont peut-être vous paraître exagérés, mais croyez-moi, on n’est jamais trop prudent, et si vous « manquez » l’épreuve, vous serez inscrit avec la mention « Absent non excusé » par l’examinateur, qui notera aussi une place « Non honorée » pour l’auto-école. Cela signifie concrètement une place de perdue dans l’immédiat, place qui bien entendu ne sera pas « compensée » ou remplacée par l’administration. Mais pour votre auto-école, c’est la double-peine, car cette défection va peser ensuite dans le calcul d’attribution des places suivantes. Je vous laisse imaginer comment vos demandes suivantes seront accueillies !

 

La première précaution que vous devez prendre, même si c’est l’auto-école qui doit vous amener, c’est de repérer le lieu à l’avance. Il suffit pour cela de demander à votre école de conduite. Les lieux de passage du code sont très peu nombreux (dans la plupart des cas, il n’y en a qu’un). Si vous ne pouvez pas y aller, cherchez sur un plan ou mieux, sur internet.

Deuxième précaution, quelque soit le mode d’acheminement que vous avez décidé d’utiliser (l’auto-école, les parents, un copain, les transports en commun…), prévoyez une marge de temps « confortable », et une solution de rechange, un « plan B ».

Il s’agit en effet d’une séance d’examen collective, aussi l’inspecteur n’attend-il jamais les retardataires… Si vous arrivez en retard, vous ne serez même pas admis à rentrer dans la salle.

Dernière précaution: vérifiez encore en partant de chez vous que vous avez bien pris votre pièce d’identité 😉

Pendant l’examen code…

 

Bien, vous voilà donc sur le centre d’examen (ne vous fiez pas à ce nom ronflant, l’examen du permis de conduire en général, est « SDF » et c’est donc souvent une salle prêtée par la municipalité, la DDE, un syndicat ou autre….)

La personne qui représente l’école de conduite doit avoir deux types documents avec lui :

  • un bordereau d’examen où sont notés les noms des candidats présentés (donc le votre doit y figurer:-))
  • le dossier personnel de chaque candidat présenté. Ce dossier est appelé « 02 » (on prononce zéro deux) dans le jargon de la profession. C’est une feuille unique, imprimée en rouge orangé, avec votre photo, et votre signature au bas (ainsi que celle d’un tuteur légal pour les mineurs).

Là encore, certaines erreurs sur le 02 où tout simplement son absence, vous condamnent à ne pas participer à l’examen, avec comme seule consolation une mention « excusé »……qui ne vous apporte rien de plus….. ! Alors n’hésitez pas à demander à votre accompagnateur de vérifier.

 

L’IPCSR (Inspecteur des Permis de Conduire et de la Sécurité Routière) va alors demander à ce que les toutes auto-écoles présentes lui remettent bordereaux et dossiers.

Commence alors une période d’attente assez longue et stressante, durant laquelle il « prépare » l’examen (il vérifie la conformité des dossiers, réglage des derniers détails pour la projection etc.)

 

Ensuite, selon son mode opératoire, il va faire entrer dans la salle les candidats, par établissement, si possible dans l’ordre d’inscription sur le bordereau.

Lorsque c’est votre tour, présentez-lui votre pièce d’identité. En « échange », il va vous remettre un boitier réponse gris, et vous placer à un endroit de son choix dans la salle. Il a programmé le boitier réponse pour qu’il corresponde à votre dossier. Attention donc à ne pas l’échanger malencontreusement avec celui de votre voisin !

 

Encore une période d’attente, jusqu’à ce que tout le monde soit en place…Restez calme. Vérifiez que votre portable soit éteint (et non pas sur vibreur).

L’inspecteur peut vous exclure de l’examen si votre mobile vibre !!

Puisqu’on parle de ça, souvenez-vous que l’ETG est un examen d’état au même titre qu’un CAP ou le Bac. Etre pris en train de frauder peut avoir de lourdes conséquences pour vous, avec – entre autre – une interdiction de passer tout examen officiel durant plusieurs années..!

 

Enfin, l’épreuve commence.. !

 

L’examinateur va maintenant vous donner les consignes anti-fraude, vous allez avoir une première projection expliquant la manipulation du boitier, comment répondre etc . et vous aurez le code de déblocage du boitier.

 

Au moindre soucis avec ce boitier, c’est le moment de le dire, car il y en a normalement quelques uns de secours…

En revanche dès l’examen commencé, si votre boitier tombe en panne, l’IPCSR n’a pas d’autre choix que de vous exclure – alors même que vous n’y êtes pour rien. N’y voyez rien de personnel, c’est la procédure obligatoire. Si cela vous arrivait, prenez-le avec philosophie même si c’est très frustrant.

 

OK…maintenant vous êtes « dedans », plus de place pour autre chose que répondre aux questions… !

 

Lorsque vous validez la (les) réponse(s) à la question 40 (la dernière), ne « tripotez » plus le boitier.

 

Et pour finir… le résultat !

 

Attendez maintenant que l’inspecteur appelle votre nom et remettez-lui votre boitier.

Il va le placer sur une machine, il va y avoir un bip, un ticket va s’imprimer qu’il va coller au verso de votre dossier « 02 ».

Certains examinateurs donnent le résultat par oral : ne faites pas de commentaire.

 

…Après l’examen code

 

Sortez de la salle et regardez sur le ticket : FAV veut dire résultat favorable……félicitations.

Si il y a imprimé DEFAV, c’est défavorable et donc manqué pour cette fois. Cette mention est suivi d’un nombre compris entre 0 et 34. C’est le nombre de réponses justes. (34/40 veut dire 34 réponses justes et donc 6 fautes…).

Au bas du ticket se trouve aussi une liste de lettres : ce sont les lettres/codes indiquant le thème de chaque faute (A : arrêts et stationnements, P : Intersections et Priorités, V : visibilité et éclairages etc. un prochain article vous donnera le détail).

 

Quel que soit le résultat, ne manifestez pas bruyamment et encore moins violemment !

Vous n’êtes plus dans un contexte scolaire. Un mouvement d’humeur incontrôlé, et ce n’est pas devant un proviseur que vous vous pourriez vous retrouver, mais directement devant un juge !

 

Dernière recommandation, gardez précieusement, quel que soit votre résultat, le dossier « 02 ». L’endommager, ou pire, le perdre entraînerait probablement des frais supplémentaires, et à coup sûr des retards importants pour la suite. En effet, pas question de passer le moindre examen sans la présentation de ce dossier signé par vous (ça c’est rapide) mais aussi visé et tamponné par l’administration ( là, c’est beaucoup plus long….). Vivement la dématérialisation du dossier prévue pour 2013 !

Voilà, le déroulement de l’examen du code de la route n’a plus de secret pour vous, ce qui devrait faire baisser d’un cran votre niveau de stress le moment venu d’y aller !

 

Vous avez des questions ?….encore des points obscurs…. Postez vos commentaires.
Crédit photo: dcjohn