Les règles en vigueur lorsque des véhicules se croisent, surtout dans le cas des croisements difficiles, font partie des problèmes que vous rencontrez à l’examen de code. Pourtant avec les bonnes informations et surtout, la bonne méthode pour les retenir, la chose est plus facile qu’il n’y paraît…

 

Tout d’abord une règle commune à toutes les situations de croisement : chaque véhicule doit serrer suffisament à droite pour éviter tout risque d’accrochage. Ça paraît évident, mais ce n’est pourtant pas la première chose qui vient à l’esprit.

La première étape consiste à distinguer deux situations: sur du plat et en pente. Ensuite on pourra prendre en compte la catégorie des véhicules qui se croisent.

 

Croisements difficiles sur le plat

 

Lorsque deux véhicules de même catégorie ont des difficultés à se croiser sur une route plane (sans déclivité), aucune règle à proprement parler, n’est prévue par le code de la route. Celui-ci parle alors de règle de courtoisie.
En revanche, c’est au « véhicule le plus lourd ou le plus encombrant » de ralentir et si nécessaire de s’arrêter, face à un véhicle plus léger. Attention il y a une exception : tous les véhicules doivent faciliter le passage des véhicules de transport en commun à l’intérieur des agglomérations.

 

Deux remarques utiles avant de poursuivre :

  • le code ne dit pas « véhicule lourd ou encombrant ». Il parle de véhicule de plus de 2m de large ou de plus de 7m de long, mais tenter d’apprendre ces valeurs est aussi ridicule qu’inutile. Seul l’esprit de la règle est important : pour l’examen, la photo vous montrera un juste un camion, sans préciser sa taille; sur la route, quand une telle situation se présente, on ne descend pas de voiture pour mesurer… Le code de la route est truffé de ce type de valeurs, montants et autres mesures qu’il est parfaitement inutile (contrairement à ce que l’on vous dit parfois) d’essayer de retenir.

Pour mieux s’en persuader, sachez que le code de la route (le vrai en plusieurs tomes :-() représente plusieurs centaines de pages. Le livre de code que vous connaissez en est une simple adaptation qui a déjà subi une (très) sérieuse cure d’amaigrissement… mais on peut encore dégraisser !

Et puisqu’on y est, sautez systématiquement les références d’articles du code (par exemple: article R417-10 modifié….etc.). En tant que simple « citoyen » ça ne sert à rien… sauf peut-être pour certains pseudos-experts juridiques du web à se faire mousser !

 

  • la règle énoncée ici est incomplète, car il faudrait ajouter le dépassement : les véhicules lourds et encombrants doivent également faciliter leur croisement ET leur dépassement… En avez-vous vu souvent des camions se ranger pour se laisser dépasser ?

 

Croisements difficiles en pente

 

Le véhicule descendant doit toujours s’arrêter le premier, quelle que soit sa catégorie.

Si malgré cela le croisement n’est pas possible, alors on va tenir compte de la catégorie des véhicules pour savoir qui doit reculer.

  •  deux véhicules de même catégories face à face : c’est le véhicule descendant qui recule (sauf s’il a à proximité un espace pour se ranger);
  •  le véhicule léger recule face au véhicule lourd;
  •  le véhicule unique recule face au véhicule attelé, articulé, ou a l’ensemble de véhicules;
  •  le véhicule de transport de marchandises (camion) recule face au véhicule de transport en commun (autocar).

Ces règles vous permettent toutes sortes de combinaisons auxquelles vous devez pouvoir faire face. Par exemple, un camion (porteur) va reculer face à un voiture tractant une caravane (composant pourtant un ensemble plus léger).

Aidez-vous de cet article et entraînez-vous à trouver des solutions à diverses situations que vous pouvez imaginer, pour ne pas vous faire surprendre et être déstabilisé le jour de l’ETG !

 

Je vous signale un dernier détail qui est une grande source d’erreurs à l’examen : prenez l’intitulé de la question au pied de la lettre, sans réfléchir !

Je m’explique.


Si dans l’énoncé de la question, on vous dit : »dans cette descente….etc. » c’est que c’est vous qui descendez.
Si, au contraire on vous dit : »dans cette montée….etc. » c’est vous qui montez.
Or, souvent les photos engendrent une illusion d’optique, et certains voient une montée alors que la question indique une descente…et inversement ! Donc, pas question d’entrer dans une profonde réflexion métaphysique, on prend ce qu’on nous dit pour argent comptant et c’est tout…

Voilà ce qu’il y avait à savoir sur les croisements difficiles… pas si difficiles à résoudre. 🙂

 

Des questions… encore des zones d’ombres ?  Postez vos commentaires.